Kitesurf en Guadeloupe

Ecrit par independza sur . Publié dans Guadeloupe, Sport

faire du litesurf en guadeloupe Le kitesurf ou comment hybrider un cerf-volant et une planche de surf, il fallait y penser… En fait, dès qu’il s’agit de flirter avec les nuages, les adeptes de la glisse ne manquent jamais d’imagination : “cela fait plus de quinze ans qu’on voit circuler sur les plages des prototypes de ce genre”, explique Philippe Hautefeuille, propriétaire du magasin Surf Machine, situé dans le centre-ville de Saint-François en Guadeloupe. Avec le flysurf, mis au point par des ingénieurs français de la société Wipika, on est passé au-delà du stade expérimental : l’engin se répand depuis quelques années sur les plages du monde .entier La « planche volante” offre des sensations inouïes, en permettant de planer à quelques mètres au-dessus des vagues facilement et même par vent léger. Parmi les premiers à ramener un “fly” en Guadeloupe, Philippe a mis six mois à le maîtriser. Cet ancien champion de planche à voile, adepte pourtant expérimenté de toutes les formes de glisse, a dû créer son propre mode d’emploi. Maintenant que les règles sont établies, il enseigne aux débutants comment se débrouiller et c’est beaucoup plus rapide : « il suffit de quelques heures pour devenir autonome et déjà bien s’amuser”… Rendez-vous donc sur la plage de Bois Jolan à côté de Sainte-Anne en Guadeloupe, que son plan d’eau peu profond, calme et battu par un vent régulier et bien orienté a fait élire site de prédilection des débutants (le lagon de Saint-François fréquenté également par les bateaux, les planches à voile et autres baigneurs est réservé aux plus expérimentés). Les plus novices commenceront sur la plage, pour apprendre d’abord à manier un cerf-volant : les gestes seront les mêmes pour piloter l’aile (le “moteur » du kitesurf). Puis ils se retrouveront rapidement dans l’eau claire, la barre de commande de l’aile aux mains, les pieds dans les footstraps de la planche. Deuxième point de base, apprendre à vite lâcher cette barre, un réflexe de sécurité au cas où un souffle de vent taquin nous amènerait trop près du sommet des cocotiers !

Mots-clefs : ,