Le Parc national de la Guadeloupe

Ecrit par independza sur . Publié dans Guadeloupe, Tourisme & Voyage

le parc national de la guadeloupe Le Parc national de la Guadeloupe veut concilier tourisme et environnement. La décision du Parc national de la Guadeloupe, en date du 18 juin 2004, d’interdire le canyonisme et les sports d’eau vive dans sa zone centrale , met une fois de plus en lumière, toute la difficulté qu’il y a à concilier fréquentation des milieux naturels et protection des sites fragiles. C’est le principe de précaution qui a prévalu, puisque aucune étude scientifique ne permet de mesurer de façon précise l’impact réel de ces sports sur les rivières. Cette décision pénalise en tout cas plusieurs entreprises locales qui vivent de ces activités, mettant en danger les emplois qui y  sont liés. Une situation d’autant plus difficile à accepter que la plupart de ces sociétés sont de petites structures locales (moins de cinq salariés), qui jouissent depuis 1998 de la Marque de confiance du Parc national, un label qui concrétise la démarche engagée par le Parc national en faveur du développement et de la promotion des activités écotouristiques de la Guadeloupe sur les territoires qu’il gère (la Basse-Terre et la Réserve naturelle du Grand-Cul-de-Sac marin) ». Sont concernés, les hébergements, sites et lieux de visite aménagés, les activités marines (plongée sous marine, kayak, VTT des mers) et les activités de pleine nature (randonnée, canyoning). Les documents promotionnels du Parc national précisent que les attributaires de la Marque se sont engagés à exercer leur activité dans une démarche de respect et de valorisation du patrimoine naturel et culturel de la Guadeloupe. Ils doivent répondre à un certain nombre de critères sélectifs (respect de la réglementation en vigueur, utilisation des énergies renouvelables, participation à la mise en valeur du patrimoine culturel et des savoir-faire traditionnels …). Ce sont des entreprises de Guadeloupe à taille humaine qui favorisent un accueil personnalisé, convivial et de qualité. » Visiblement, cet engagement ne suffit plus. À quand alors l’interdiction du kayak et du VTT des mers dans la Réserve naturelle du Grand-Cul-de-Sac marin en Guadeloupe et plus encore, celle des bateaux à moteurs ?

Mots-clefs : ,